Les CRÊPES – collectif pour la revalorisation de l’école

Redorer le blason de l’école

Les Crêpes ont fait leur rentrée jeudi 7 septembre, ce collectif pour la revalorisation
de l’école est né de l’inquiétude des parents d’élèves vis-à-vis de l’état de l’école publique à Perpignan. Les objectifs du collectif en cette rentrée scolaire 2017/2018 portent sur le suivie d’un projet pédagogique d’initiation linguistique en maternelle et en primaire, s’assurer d’avoir trois agents territoriaux spécialisés en école maternelle (ATSEM) chaque jour en ce qui concerne l’école élémentaire Square des Platanes de Perpignan.
Ses objectifs ne s’arrêtent pas à cet établissement, les Crêpes compte élargir leur actions aux autres écoles de Perpignan et pourquoi pas aux communes avoisinantes en fédérant l’ensemble des parents d’élèves pour qu’enfin les problèmes relevés lors des conseils d’écoles ne restent pas lettre morte. Afin d’éviter le chaos le collectif estime et exige que toutes les écoles de la ville doivent d’être irréprochable en terme de sécurité. S’assurer que les enfants bénéficient de sanitaire de qualité et en quantité suffisante.

« On présente à tort l’école comme au centre de tout, responsable de tout et coupable de tout, il est tant d’agir » remarque Céline présidente du collectif, selon elle des « états généraux de l’école » doivent être mis en place afin que les pouvoirs publics prennent
leurs responsabilités et proposent enfin un projet cohérent et agissent efficacement sur le terrain.

Renforcer la mixité à l’école pour favoriser le « vivre-ensemble »

Les parents des Crêpes croient en l’utilité de l’école de la République aussi une lettre à l’attention du ministre de l’Éducation Nationale Monsieur Jean-Michel Blanquer va être envoyée afin que ce dernier prenne connaissance de leurs actions et revendications.
Les parents d’élèves se mobilisent pour que leurs enfants grandissent dans un monde plus mixte. « Quelle société voulons-nous pour nos enfants si l’école accentue l’entre-soi et les sépare ? » La chute des effectifs entraine des fermetures de classes, assouplir le mode de dérogation permettrait à l’école des Platanes de ne pas être abandonnée et ne porterait pas préjudice au paysage scolaire Perpignanais et à la mixité sociale.

Rappel des faits, à l’origine de leur mouvement, l’une des quatre classes de l’école maternelle Square des Platanes à Perpignan avait fermée en septembre 2016.

IMG_1916.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s